Leadership conscient et à impact

Leadership conscient et à impact

Leaders Inspirants by Imagine

Un Leadership conscient et à impact. C’est le sujet de la première interview de notre chaine Youtube « Leaders Inspirants ».

Nous pensons que notre société a besoin de plus de Leaders conscients et à impact. C’est pourquoi nous avons lancé cette chaine Youtube. Que vous soyez dirigeants, managers, étudiants… l’objectif est de vous inspirer de leaders qui ont réussi… Et en même temps, cette réussite n’est pas que matérielle. Elle s’appuie sur des valeurs, des convictions et une vision très forte.

Pour débuter cette série d’interviews, c’est Rémi DEMERSSEMAN qui a accepté de nous livrer des clés. Rémi est le dirigeant de la cité de la RSE* et de l’Impact et de la fondation Oïkos. Très impliqué dans la RSE, il s’agit d’un leader conscient et plein de sens.

Etre un entrepreneur à impact

Selon Rémi, tout acteur économique a un impact par définition. Il peut être positif ou négatif. Par conséquent, le tout est d’essayer d’avoir l’impact le plus positif possible. Cet impact peut être subi ou choisi. Donc, l’entrepreneur à impact est celui ou celle qui a décidé de choisir l’impact qu’il aura. Et il agit dans ce sens-là. Et ce dirigeant se centre évidemment sur son cœur de métier. D’un autre côté, il aménage cette activité économique de manière consciente. L’objectif est que la planète, les personnes et les acteurs soient impactés le plus efficacement.

Une vision pour un Leadership conscient à impact

Tout part de l’envie individuelle. Et l’idéal, c’est d’avoir une vision globale de l’ensemble des enjeux connus et inconnus que rencontre l’acteur économique, aujourd’hui et demain.

Cela a longtemps été une barrière, car cela demandait du travail. La fondation Oïkos fournit un outil 360 qui aide à ce diagnostic.

La RSE est-elle pérenne et rentable ?

Il y a une étude menée par la banque de France, l’école de commerce Audencia et le CJD de Nantes qui le montre. D’après elle, les entreprises qui s’engagent dans une démarche plus vertueuse sont plus rentables et plus pérennes que leurs consoeurs. Et Rémi de rajouter que la part de Rêve était 5% plus rentable que ses concurrents.

Selon lui, le vrai enjeu est de faire confiance à l’ensemble des parties prenantes, y compris ses investisseurs.

Toujours d’après Rémi, le bon côté de la crise que nous vivons actuellement est que la généralisation de la prise de conscience au niveau mondial. De plus en plus de fonds d’investissements et d’investisseurs s’engagent dans les logiques d’investissements à impact. D’autre part, de plus en plus d’outils sont accessibles pour aider les entrepreneurs à s’engager et les investisseurs mieux comprendre.

Rôle du Leadership conscient dans la recherche d’impact positif

Il existe en fait deux approches :

  • Le leader se laisse bousculer et laisse ses équipes le pousser à mettre en oeuvre une démarche RSE. Et il laisse faire.
  • Le leader donne des instructions pour mettre en place une politique RSE. Et il peut même aller jusqu’à des récompenses pour encourager ces pratiques.

Et les deux approches peuvent se rejoindre. Par exemple, Rémi nous parle du leader d’une clinique. C’est lui qui est à l’origine de la démarche RSE. Il a été en avant-garde et convaincu ses équipes. Or, il est désormais pris par une nouvelle mission. Et ces équipes qui suivaient jusqu’alors sont désormais en première ligne.

Quelle que soit l’origine, « il faut que ce soit harmonieux et que cela ne vienne pas perturber le fonctionnement. »

Rémi nous dit également qu’il faut être vigilant. Si le dirigeant encourage les salariés d’une manière trop insistante, cela peut être contre-productif. Il nous prend l’exemple d’une société qui a mis en place une démarche RSE sous l’impulsion des équipes. Or, le top-management s’en est emparé. Et cela a abouti à un décrochage du terrain. Et il faut donc dans ce cas-là retisser le lien.

Quel type de leader êtes-vous ?

Rémi nous livre trois caractéristiques de son style de Leadership.

Le sens de ce que je fais. Rémi nous dit qu’il était un ingénier correct. Il dit « Je pense que j’ai bifurqué vers des gestions  de projet et de commerce. Ce qui me plaisait, c’était la relation humaine ». Puis, il nous livre ce qui le porte aujourd’hui. Il nous dit « Mais il y a eu un changement énorme à partir du moment où je suis arrivé sur les crèches et l’entreprise responsable ». Et Rémi de rajouter que cela le prend aux tripes, que cal à du sens et que cela lui parle.

Un marathonien de l’entrepreneuriat : on peut montrer à l’équipe qu’on peut tenir dans la durée, et qu’on s’entraine pour ça.

Une image que « je suis rien » : Rémi nous livre avec sa belle humilité une parabole. Dans la nature, il y a d’abord les minéraux, puis les végétaux, puis les animaux, puis l’homme, puis Dieu. Et au-dessus de Dieu, il y a rien. Et Rémi nous dit : « Alors je ne suis pas Dieu. Je suis celui qui prend les responsabilités juridiques, qui propose la vision stratégique. D’ailleurs, j’essaie de ne pas fatiguer mon équipe en la projetant à deux ans alors que l’équipe a parfois du mal aujourd’hui à faire ce qu’on a décidé hier ».

Clé pour un futur leader conscient et à impact

Rémi nous parle à nouveau du Marathon. Et il utilise une nouvelle fois une parabole en disant : « j’ai commencé à courir avec 1 kilomètre. J’ai pris un coach pour courir avec moi et j’ai mis 3 mois à courir un 10 kilomètres en compétition avec un temps très bien pour un courir du dimanche. Puis j’ai couru un vrai marathon ». Et puis, il fait le parallèle avec l’entrepreneuriat.

Il continue « En plus en entrepreneuriat, on vous met des poids en plus. Au lieu de courir 42 km, on va en courir 50. Et ce faisant, il y a des moments d’euphorie, il y a des moments de découragement. Il y a même parfois des moments où les muscles tremblent tellement on est tétanisé. On se dit qu’on va passer la ligne d’arrivée. Et avoir cette satisfaction d’avoir passé la ligne d’arrivée, d’avoir souffert. Puis se dire qu’on a été préparé pour ça. J’ai mis du temps pour y arriver donc je ne vais pas lâcher. J’ai derrière moi tout un travail qui me pousse ».

Interview complète de Rémi DEMERSSEMAN sur notre webTV Leaders Inspirants

Références

https://citedelarse.fr/

https://fondationoikos.org

* RSE : responsabilité sociale des entreprises. Pour simplifier, nous pourrions la définir comme la mise en oeuvre du développement durable dans l’entreprise. Pris plus largement, nous pourrions la définir comme la recherche d’un impact positif sur la société, l’environnement et les individus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *